Fiche descriptive

Message d'introduction à définir

Réduire la carte

Étendre la carte

Donnée  |  Grid

LIDAXES (version 1) - Dépressions naturelles - Donnée obsolète

Cette couche de données vectorielles reprend les dépressions naturelles qui ne débordent pas pour une pluie de 24h avec une période de retour de 100 ans et donc influencent le ruissellement(...).
  • Propriétaire : Service public de Wallonie (SPW)
  • Date de création de la géodonnée :  01 sept. 2016

Cette donnée n'est plus mise à jour. Il n'est donc plus possible de l'obtenir. Merci d'utiliser la nouvelle version.

Preview

Résumé

Cette couche de données vectorielles reprend les dépressions naturelles qui ne débordent pas pour une pluie de 24h avec une période de retour de 100 ans et donc influencent le ruissellement de surface.

ATTENTION: CETTE DONNÉE N'EST PLUS MISE À JOUR. VEUILLEZ VOUS RÉFÉRER A LA NOUVELLE VERSION (LIDAXES (version 2) - Dépressions naturelles).

La cartographie des axes de concentration naturels des eaux de ruissellement (LiDAXES) met en évidence les zones à risque d'inondation par ruissellement et/ou de coulée boueuse apparaissant suite à la concentration naturelle des eaux de ruissellement de surface.

La chaîne de traitements élaborée pour la génération des axes de ruissellement concentré a permis de dériver une série de couches de données spatiales intermédiaires traduisant des caractéristiques hydrologiques d'une surface. La présente couche des dépressions naturelles influençant le ruissellement de surface est un de ces produits cartographiques intermédiaires.

Le MNT LiDAR comporte des pixels sans exutoire (dits "Pit cells"). Il s’agit de pixels dont les huit voisins immédiats ont une altitude plus élevée. Trois catégories de "pit cells" ont été distinguées :

1. Les artefacts résultant d’erreurs causées par la présence de profils de végétation dense, par le bruit ou liées à l’interpolation du MNT;
2. Les "pit cells" artificielles qui créent une accumulation de flux du fait de la présence d’une obstruction telle qu’une route en remblais, alors qu’il existe en réalité un exutoire comme un pertuis passant sous la route;
3. les "pit cells" qui correspondent à une réelle dépression fermée de type dépression endoréique.

Les deux premières catégories sont des artefacts qui doivent être corrigés puisque ces dépressions ne correspondent pas à une réalité hydrologique. Par contre, la troisième catégorie reflète une réalité physique qui conduit à une interruption du réseau de drainage tant que le volume d’eau ruisselé est inférieur à la capacité de stockage de la "pit cell". Dans ce cas, la dépression ne déborde pas. A partir du moment où le volume ruisselé dépasse la capacité de stockage de la "pit cell", cette dernière débordera avec in fine une reconnexion au réseau de drainage.

Les dépressions naturelles ont été individualisées et font l'objet de la présente couche de données. Ces dépressions peuvent avoir un impact sur les écoulements de surface car elles sont susceptibles de se comporter comme des bassins de rétention naturels qui ne débordent pas, même pour des événements pluvieux importants. Elles ont donc une influence sur la prédiction des axes et cela sur base des volumes de ruissellement pour des pluies de 1h et 24h avec des périodes de retour de 25 ans, 50 ans et 100 ans. Seules les dépressions qui peuvent avoir un impact sur le tracé des axes de ruissellement concentré ont été conservées. Il s'agit des dépressions dont la surface de l'aire contributive est au moins de 500 m² et qui ne débordent pas pour une pluie de 24h avec une période de retour de 100 ans.

La couche de données en sortie de traitement est un raster de 1m de résolution. Pour des raisons de lisibilité, les informations ne sont visibles qu'à des échelles comprises entre 1/1.000ème et 1/50.000ème.

La couche relative aux dépressions naturelles est identique dans les versions "LIDAXES - version Internet" et "LIDAXES - version Intranet" et ne fait donc l'objet que d'une fiche de métadonnées.

Pour plus de détails, référez-vous au rapport méthodologique au travers de la fiche de métadonnées de la série "LIDAXES - Axes de ruissellement concentré et données associées - Série - Version Internet" (https://geoportail.wallonie.be/catalogue/d3d387ff-ff17-4307-93fc-749174bfe215.html).

Aperçu

Consulter

Consulter la donnée dans une application

Dans une carte thématique

Visualisez la donnée dans une carte conçue spécialement pour elle.

Dans WalOnMap

Visualisez la donnée dans la carte généraliste, WalOnMap.

Dans ArcGIS ®

Visualisez la donnée dans ArcGIS. Attention : ce logiciel doit être installé sur votre ordinateur.

Dans Google Earth ®

Visualisez la donnée dans Google Earth. Attention : ce logiciel doit être installé sur votre ordinateur.

Consulter la donnée via un webservice

Copiez l'url du service web de la donnée et collez-le dans votre logiciel SIG. Cela vous permettra de visualiser la donnée directement dans votre outil habituel. Consultez notre FAQ pour en savoir plus !

Obtenir une copie de la donnée

Cette ressource est obsolète et ne fait plus l’objet d’une distribution.


Si le bouton n'est pas grisé, cliquez sur "AJOUTER À MES TÉLÉCHARGEMENTS" pour ajouter la donnée à votre panier. Ensuite, finalisez votre demande de téléchargement.

Distributeur

Service public de Wallonie (SPW)

Contacter

Format de distribution

  • ESRI File Geodatabase (.fgdb), version 10.x
  • ESRI Shapefile (.shp)

Conditions pour télécharger et utiliser la donnée

-
ACCÈS : Les conditions générales d'accès s’appliquent (https://geoportail.wallonie.be/files/documents/ConditionsSPW/DataSPW-CGA.pdf) mais sont restreintes ou étendues par les conditions particulières de type D1 (https://geoportail.wallonie.be/files/documents/ConditionsSPW/DataSPW-CPA-TypeD1.pdf) UTILISATION : Les conditions générales d'utilisation s'appliquent (https://geoportail.wallonie.be/files/documents/ConditionsSPW/DataSPW-CGU.pdf)

-
Source à mentionner : UCL - SPW

Territoire couvert

Région wallonne

Système de référence spatiale

Belge 1972 / Belgian Lambert 72 (EPSG : 31370)

Étendue temporelle

L'étendue temporelle indique la période à laquelle la donnée a été observée sur le terrain.

Non renseigné

Modèle de la donnée

Retrouvez ci-dessous la description des attributs de la donnée, sa structure, etc.

Non renseigné

Légende

Retrouvez ci-dessous les documents qui décrivent la légende de la donnée.

Non renseigné

Identification de la fiche descriptive

Identifiant de la fiche descriptive
62dccd93-54e0-43e6-a2bb-bd52e934a19c
Date de mise à jour de la fiche descriptive

06/05/2021

Fiche descriptive complète
Consultez la fiche descriptive complète dans Metawal.

Identification de la donnée

Identifiant global de la donnée
http://geodata.wallonie.be/id/62dccd93-54e0-43e6-a2bb-bd52e934a19c
Identifiant local de la donnée
LIDAXES__DEPRESSIONS100ANS_24H
Date de la dernière diffusion

Dernière mise à jour de la donnée

01/09/2016

Langue de la donnée

Français

Échelle de référence

1:50000

Résolution spatiale

1 m

Précision en X et Y

Précision en Z

Non renseigné

Généalogie de la donnée

La chaîne de traitements pour la génération des axes de ruissellement concentré a été développée par "Earth and Life Institute" (UCL - ELIe). Elle se base sur le MNT LiDAR 2013-2014. Celui-ci a été lissé et rendu hydrologiquement continu.

Les dépressions sont délimitées à partir du MNT lissés en utilisant la fonction "Sink" dans le logiciel libre Whitebox GAT. Elles sont ensuite triées car la plupart des dépressions délimitées résultent d’un effet de barrage lié à la présence de routes ou autres éléments artificialisés. Il peut également s’agir d’artéfacts liés à la présence d’un fossé ou d’un cours d’eau.

Les dépressions qui se situent à 5 m ou moins d’un élément artificialisé repris par le COSW_07, d’un bord de route ou de rail repris par le PICC, d’un fossé repris par le PICC, d’un cours d’eau repris par CENNIC ou d’une voie navigable défini par le COSW_07, sont donc éliminées. Cependant, la carte d’occupation du sol n’étant pas à jour, des dépressions subsistent dans des zones en cours d’artificialisation ou qui ont été artificialisées (Figure 20). Il faut toutefois souligné que ce type de cas est très peu répandu. Les dépressions correspondant à des plans d’eau renseignés par la base de données PICEA sont également supprimées. Les dépressions dont la surface n’excède pas 1 m², c’est-à-dire un pixel, sont considérées comme des "pit cells" liées à des effets de bruit et sont aussi éliminées. Pour finir, les dépressions situées en dehors des limites administratives de la Wallonie sont également supprimées, car il n’y a pas toujours d’informations au niveau du COSW_07, du PICC ou des autres couches utilisées pour déterminer si ces dépressions sont des artéfacts ou pas.

La profondeur de chacun des pixels des dépressions est estimée en utilisant l’outil "Depth in Sink" du logiciel Whitebox GAT. Comme les profondeurs sont définies en mètre par Whitebox GAT pour des pixels de 1 m², il s’agit aussi de volumes en m³. Pour chaque dépression, la somme des profondeurs de chacun des pixels fournit donc le volume de stockage de la dépression.

Pour chacune des dépressions ne résultant pas d’un artéfact et de plus de 1 m² de surface, le volume de stockage a été comparé avec un volume de ruissellement théorique à stocker pour différentes pluies de projet. Il s’agit de pluies de 1 h et 24h avec des périodes de retour de 25 ans, 50 ans et 100 ans. Ces pluies sont dérivées des courbes IDFs établies par l’Institut Royal Météorologique de Belgique et varient en fonction de la commune considérée. Les périodes de retour choisies rendent compte d’événements pluvieux à caractère exceptionnel pouvant potentiellement causer des inondations par ruissellement. Le choix de la durée de 1h vise à rendre compte du comportement des dépressions en cas d’évènements orageux courts et intenses. La durée de 24h vise, quant à elle, à rendre compte du comportement des dépressions pour des événements pluvieux de plus longue durée pour lesquels les volumes de ruissellement sont plus importants. Pour chacune des pluies et pour chaque commune, une hauteur de ruissellement a été estimée en utilisant la méthode du "Curve Number" pour un sol du groupe hydrologique B (le plus courant en Wallonie, > 50 % du territoire) et une occupation du sol de type agricole où le sol est nu (situation la plus défavorable) (CN = 86). Pour déterminer le volume de ruissellement, il est nécessaire de multiplier cette hauteur de ruissellement par la surface drainée par chaque dépression. Cette dernière peut être extraite de la couche d’accumulation de flux. Il s’agit en effet de la valeur maximale d’accumulation de flux au sein de la dépression.

La démarche méthodologique a exploité les outils suivants :
- ArcGIS 10.2;
- Script python (v. 2.7);
- WhiteBox GAT (v. 3.2.2).

Références : Maugnard, A., Bielders, C., Defourny, P. (Earth and Life Institute - UCL). Mise à jour du produit cartographique "axes de ruissellement concentré sur l'ensemble de la région wallonne sur base du nouveau jeu de données LiDAR et autres données disponibles". Rapport final - Août 2016.

Documents relatifs à la qualité

Non renseigné

Tests de conformité

Non renseigné

Vous avez une question sur...

L'accès et la distribution de la donnée ?
Service public de Wallonie (SPW) Contacter
Service public de Wallonie (SPW)
Le contenu de la donnée ?
Helpdesk carto du SPW (SPW) Contacter
Helpdesk carto du SPW (SPW)

Vous souhaitez...

Contacter le gestionnaire de la donnée ?
Direction du développement rural (SPW - DGO3 - DRCE - DDR) Contacter
Direction du développement rural (SPW - DGO3 - DRCE - DDR)

Pour toute autre question...

Contactez le Helpdesk du Géoportail de la Wallonie !
Helpdesk du Géoportail de la Wallonie
(SPW - DG03 - DNF)  Contacter 
Helpdesk du Géoportail de la Wallonie