Fiche descriptive

Message d'introduction à définir

Réduire la carte

Étendre la carte

Donnée  |  Vecteur

Contextes écologiques marginaux et sensibles

Les contextes écologiques marginaux et sensibles identifient les sols sur lesquels existent de nombreux enjeux en terme de biodiversité et de services écosystémiques associés.
  • Propriétaire : Service public de Wallonie (SPW)
  • Dernière mise à jour de la géodonnée :  31 août 2021

Résumé

Les contextes écologiques marginaux et sensibles identifient les sols sur lesquels existent de nombreux enjeux en terme de biodiversité et de services écosystémiques associés.

Dans le cadre de cette couche :
• les contextes écologiques marginaux sont définis comme les contextes dans lesquels la mise en œuvre d’activités de productions agricoles et sylvicoles intensives nécessite des investissements lourds et induit une rentabilité faible,
• les contextes écologiques sensibles sont définis comme les contextes dans lesquels les enjeux écologiques (biodiversité et/ou services écosystémiques) sont importants sans être particulièrement contraignants en termes de productivité. Dans les contextes écologiques sensibles, on trouvera notamment les sols alluviaux et colluviaux plus secs, dont la richesse édaphique ne permet pas une inclusion dans la première définition. Il est toutefois évident que ces sols sont d’un plus grand potentiel biologique que d’autres sols secs et qu’ils ont une plus grande capacité à contribuer à des services de régulation (protection contre l’érosion, maintien des habitats tout au long du cycle de vie des espèces …).

Cette couche trouvera de nombreuses applications dans les domaines de la gestion forestière (mesures particulières concernant la production sylvicole sur de tels sols), de l’écologie (identification de biotopes potentiels rares et menacés, contribution au réseau écologique en Wallonie, …), de l’évaluation des services écosystémiques rendus par les écosystèmes wallons, …

POURQUOI :
La réalisation de biens et de services par les écosystèmes dépend d'abord des conditions biophysiques de l'environnement. L'altitude, la topographie et les types de sol sont les principaux facteurs de l'environnement qui vont agir sur la manière dont les processus écologiques vont pouvoir assurer un certain nombre des fonctions de base. Pour révéler ces conditions particulières, la carte des contextes écologiques sensibles et marginaux a été créée.

Des interactions entre la topographie, l'altitude et les types de sols découle une grande diversité de conditions écologiques très particulières en Wallonie. Sur quelques hectomètres, les sols peuvent être profonds et avoir une forte aptitude à la production de céréales, être très superficiels et ne permettre que le développement de pelouses calcaires ou de forêts claires ou être gorgés d'eau dans certains fonds de vallées ou dans les zones tourbeuses.

Ces facteurs et leurs combinaisons déterminent les utilisations du sol possibles et expliquent bien souvent la structure des paysages façonnés par l'homme : les zones à plus fort potentiel de production agricole étant d'abord mobilisées pour laisser les territoires les plus marginaux en terme de production à des usages plus extensifs comme les forêts feuillues, du pâturage extensif ou des zones protégées.

Ils influencent également la capacité des écosystèmes présents à délivrer des services écosystémiques.

Pour intégrer l'influence du contexte écologique sur la production de services écosystémiques, la carte des contextes écologiques est construite d'abord à partir de la Carte Numérique des Sols de Wallonie (CNSW – reproduction de la carte des sols numérique de Belgique pour la Wallonie, source : SPW), du modèle numérique de terrain (MNT 2013-2014, source : SPW) et des aléas d’inondation par débordement de cours d’eau (série en vigueur : 24/03/2021, source : SPW). Cette carte découpe le territoire en différentes zones caractérisées par des conditions écologiques particulières d'humidité, de fortes pentes, et de sols à substrat superficiel.

Cette carte a été finalisée dans le cadre de la convention « Mise en place d’outils opérationnels d’évaluation des services écosystémiques en Wallonie à toutes les étapes d’un projet (définition de la vision, conception et mise en œuvre) » entre le SPW/ARNE/DEMNA/DEE et l’ULiège (Gembloux Agro Biotech, Unité biodiversité et paysage) qui a débuté en décembre 2020 pour une durée de 18 mois. Cahier spécial des charges n° 03.02.02-20-3035.

QUOI :
La couche est présentée sous forme de polygones. La table attributaire propose pour chaque polygone trois niveaux de légende (voir ci-dessous) ainsi qu’une superficie (Area) en m².

QUI :
Cette carte a été produite par l’équipe du Professeur Marc Dufrêne (ULiège, Gembloux Agro-Bio Tech, Unité biodiversité et paysages) – Mme Floriane Jacquemin pour la version 2015 et Mme Marie Pairon pour la version 2021 - en collaboration avec Monsieur Patrick Engels (SPW - ARNE, Direction de la coordination des données, Coordination géomatique – cellule SIG), Monsieur Xavier Legrain (ULiège, Gembloux Agro-Bio Tech, Echanges Eau-Sol-Plantes) et Monsieur Jonathan Lisein (ULiège, Gembloux Agro-Bio Tech, Gestion des ressources forestières et des milieux naturels) .

QUAND :
La première version de cette carte a été produite en 2015. Elle a été mise à jour en 2021 sur base notamment de la version du 24/03/2021 des aléas d’inondations. Sa durée de validité est directement liée à la durée de validité de la carte des aléas d’inondations et/ou la disponibilité d’une mise à jour de la CNSW.

OÙ :
La carte produite couvre l’ensemble de la Wallonie. Comme la source principale de la donnée est la carte numérique des sols de Wallonie, nous encourageons l’utilisateur à consulter la série de jeux de données qui compile l’ensemble des informations relatives à la Carte Numérique des Sols de la Wallonie pour en comprendre l’origine.

COMMENT :
La couche reprend une symbologie à trois niveaux. Chaque niveau reprend un code et un nom complet associé. Les niveaux peuvent être affichés sur base soit de leur code, soit de leur nom complet. Les fichiers .lyr proposés sont ceux liés aux codes des trois niveaux.

Le premier niveau (contextes écologiques) distingue trois classes : le contexte écologique marginal, le contexte écologique sensible et le contexte écologique non marginal non sensible ou pour lequel les données manquent.

Le second niveau (classes générales des contextes écologiques) distingue neuf classes pour les contextes écologiques marginaux et quatre classes pour les contextes écologiques sensibles. La logique de présentation des contextes est la suivante : les contextes écologiques marginaux sont regroupés en différentes catégories dans un ordre allant des conditions les plus humides vers les conditions les plus sèches :
• Sol tourbeux et paratourbeux,
• Sol non alluvial et colluvial hydromorphe,
• Sol alluvial et colluvial hydromorphe,
• Sol plus sec, artificiel ou non cartographié situé en aléa d'inondation moyen et élevé,
• Sol sur podzol ou sur podzol en formation ou dégradé,
• Contexte sur pente de plus de 20 degrés d'exposition froide,
• Contexte sur pente de plus de 20 degrés d'exposition chaude,
• Substrat superficiel et très superficiel,
• Autre sol à texture sableuse.

Les contextes écologiques sensibles comprennent :
• Sol plus sec, artificiel ou non cartographié situé en aléa d'inondation faible et très faible,
• Contexte sur pente de 15 à 20 degrés d'exposition froide,
• Contexte sur pente de 15 à 20 degrés d'exposition chaude,
• Autre substrat superficiel.

Même si ils ne sont pas directement visés par la présente carte, la catégorie « contexte écologique non marginal non sensible ou pour lequel les données manquent » est également subdivisée par souhait d’exhaustivité. Cette catégorie est divisée en :
• Contexte écologique alluvial ou colluvial sur sol modérément humide à très sec,
• Contexte écologique non alluvial ou colluvial sur sol modérément humide à très sec,
• Contexte écologique non défini.

La dernière classe comprend les autres sols artificiels et les autres sols non-cartographiés.

Dans les représentations des légendes, les trois classes de cette dernière catégorie sont représentées de manière uniforme avec un aplat blanc, sans distinction des différentes classes.

Le troisième niveau (classes détaillées des contextes écologiques) distingue le nombre le plus détaillé de classes. Il est à noter que toutes les classes du niveau 3 proposées dans la couche ont été identifiées par souhait d’exhaustivité. Il est évident que le niveau de marginalité varie au sein d’une catégorie et que ce niveau peut également varier selon le contexte (c’est à dire les espèces présentes, le type de culture,..). Le niveau de détail fourni au niveau 3 permet à l’utilisateur final de fixer un niveau de productivité/marginalité minimum et donc de décider d’utiliser certaines classes ou non. La fusion de certaines classes détaillées peut également être revue selon les besoins.

La plupart des utilisateurs peut cependant travailler avec le niveau de détail proposé au niveau 2.

Aperçu

Consulter

Consulter la donnée dans une application

Dans une carte thématique

Visualisez la donnée dans une carte conçue spécialement pour elle.

Dans WalOnMap

Visualisez la donnée dans la carte généraliste, WalOnMap.

Dans ArcGIS ®

Visualisez la donnée dans ArcGIS. Attention : ce logiciel doit être installé sur votre ordinateur.

Dans Google Earth ®

Visualisez la donnée dans Google Earth. Attention : ce logiciel doit être installé sur votre ordinateur.

Consulter la donnée via un webservice

Copiez l'url du service web de la donnée et collez-le dans votre logiciel SIG. Cela vous permettra de visualiser la donnée directement dans votre outil habituel. Consultez notre FAQ pour en savoir plus !

Service de visualisation ESRI-REST

Adresse de connexion au service de visualisation ESRI-REST de la série de couches de données "Services écosystémiques"

Service de visualisation WMS

Adresse de connexion au service de visualisation WMS de la série de couches de données "Services écosystémiques"

Obtenir une copie de la donnée

Cette couche de données est accessible en téléchargement direct.
Si votre demande porte sur un format spécifique de donnée ou une partie spécifique du territoire, veuillez suivre les instructions d'obtention d'une copie physique d’une donnée détaillées sur https://geoportail.wallonie.be/telecharger.
L’utilisation des géoservices est à privilégier. Le géoservice offre de nombreuses possibilités et vous permet de travailler toujours avec la dernière version disponible de la donnée.


Si le bouton n'est pas grisé, cliquez sur "AJOUTER À MES TÉLÉCHARGEMENTS" pour ajouter la donnée à votre panier. Ensuite, finalisez votre demande de téléchargement.

Distributeur

Service public de Wallonie (SPW)

Contacter

Format de distribution

  • ESRI Shapefile (.shp)
  • OGC GeoPackage (.gpkg)
  • ESRI File Geodatabase (.fgdb)

Conditions pour télécharger et utiliser la donnée

-
ACCÈS : Les conditions générales d’accès s’appliquent (http://geoportail.wallonie.be/files/documents/ConditionsSPW/DataSPW-CGA.pdf)

-
UTILISATION : Les conditions générales d’utilisation s’appliquent (http://geoportail.wallonie.be/files/documents/ConditionsSPW/DataSPW-CGU.pdf)

-
Les conditions générales d'utilisation s'appliquent et sont étendues par les conditions particulières de type A. (https://geoportail.wallonie.be/files/documents/ConditionsSPW/DataSPW-CPU-TypeA.pdf)

Territoire couvert

Region wallonne

Système de référence spatiale

Belge 1972 / Belgian Lambert 72 (EPSG : 31370)

Étendue temporelle

L'étendue temporelle indique la période à laquelle la donnée a été observée sur le terrain.

Non renseigné

Modèle de la donnée

Retrouvez ci-dessous la description des attributs de la donnée, sa structure, etc.

Non renseigné

Légende

Retrouvez ci-dessous les documents qui décrivent la légende de la donnée.

Document Description Ouvrir
Légende pour ArcGIS - Contextes écologiques Niveau 1 Légende pour ArcGIS - Contextes écologiques Niveau 1
Légende pour ArcGIS - Contextes écologiques Niveau 2 Légende pour ArcGIS - Contextes écologiques Niveau 2
Légende pour ArcGIS - Contextes écologiques Niveau 3 Légende pour ArcGIS - Contextes écologiques Niveau 3

Identification de la fiche descriptive

Identifiant de la fiche descriptive
b18318eb-5e91-48ae-a6a5-6f49d06b15a1
Date de modification de la fiche descriptive

20/06/2022

Fiche descriptive complète
Consultez la fiche descriptive complète dans Metawal.

Identification de la donnée

Identifiant global de la donnée
http://geodata.wallonie.be/id/b18318eb-5e91-48ae-a6a5-6f49d06b15a1
Identifiant local de la donnée
Non renseigné
Date de la dernière diffusion

03/12/2021

Dernière mise à jour de la donnée

31/08/2021

Langue de la donnée

Français

Échelle de référence

1:20000

Résolution spatiale

Précision en X et Y

Précision en Z

Non renseigné

Généalogie de la donnée

Toutes les catégories des contextes écologiques marginaux et sensibles (hormis les fortes pentes et zones d’aléa – voir ci-dessous) ont été tirées de la Carte Numérique des Sols de Wallonie (CNSW).

L’un des principaux critères permettant de différencier les contextes écologiques est le niveau d’humidité. C’est pourquoi, dans un premier temps, les sols ont été regroupés selon leur classe de drainage naturel. Les sols hydromorphes au sens large sont les sols qui comportent des horizons dont certains caractères sont attribuables à un excès d’eau qui peut provenir soit d’un défaut de perméabilité empêchant l’infiltration des précipitations dans le sol, soit de la concentration dans le sol de flux d’eau d’origine extérieure (inondation, ruissellement, remontée de nappe souterraine, etc…). On distinguera les sols hydromorphes à nappe quasi-permanente (drainage e, f, g), et les sols hydromorphes à nappe oscillante (drainage h,i).

Le seul critère de drainage ne permet cependant pas de mettre en évidence des contextes écologiques très particuliers comme par exemple les contextes propices à la présence de sols tourbeux ou d’identifier si il y a ou non présence de colluvions (matériaux généralement fins, transportés par ruissellement diffus et déposés en bas de versant) ou d’alluvions (matériaux transportés et déposés par un cours d’eau ; le transport pouvant s’être effectué sur des distances très importantes).

Dans les sols submergés en permanence, la matière organique ne se décompose plus en raison de la très faible activité biologique due au manque d’oxygène ce qui conduit à une accumulation de la matière organique non décomposée qui peut mener à la formation de sols tourbeux quand les conditions de milieu le permettent (bilan hydrique positif, températures basses et pH très acide).

La première classe distingue donc les sols tourbeux et paratourbeux. Le caractère tourbeux (ou paratourbeux) des sols peut être observé en dehors du critère de drainage. En effet, les sols paratourbeux ont été identifiés en se basant sur la présence de la lettre v dans « PHASE_4 » (phase tourbeuse) et les sols tourbeux en se basant sur la présence de la lettre V ou W dans « MAT_TEXT » (matériau textural).
La seconde classe distingue les sols alluviaux et colluviaux dont le développement de profil est faible voire non défini (p). Ils ont été classés en fonction de leur classe de drainage. Les fonds alluviaux, notés R ou S, et les zones de sources, notées B, B(1) et B/o, ont également été identifiés.

La profondeur du sol est un autre facteur déterminant du niveau de marginalité des contextes. Un sol superficiel constituera souvent une contrainte pour la production, d’autant plus lorsqu’il se trouve sur forte pente. La profondeur peut être identifiée par certaines séries spéciales pour les rochers et sols à substrats affleurants (J et J-H) ou par les phases de profondeur. Les phases renseignent sur la profondeur d’apparition du substrat et donc, sur l’épaisseur du sol (du moins celle atteinte par un sondage manuel à la tarière - on notera en effet que dans certaines situations, les sols sont classés comme peu profonds alors qu’ils sont en réalité très caillouteux et profonds mais qu’ils sont difficilement sondables à la tarière). Les principes adoptés varient en fonction de la charge caillouteuse. On reprendra ici les valeurs 6 (substrat débutant à moins de 20 cm de profondeur pour les sols limono-caillouteux – charge en éléments grossiers comprise entre 15-50% en volume – et limoneux très caillouteux – charge en éléments grossiers > 50% en volume) et 5 (substrat débutant entre 20 et 40 cm de profondeur pour les sols limoneux très caillouteux – charge en éléments grossiers > 50% en volume).

Les sols podzoliques constituent une autre catégorie de contextes écologiques marginaux. Les sols podzoliques (= cendre en russe) sont des sols très acides fortement lessivés qui se développent généralement sur des sables. Au niveau de la CNSW, les sols podzoliques peuvent être de texture G, G-L, L, P, S ou Z. Les sols podzoliques sont identifiés par les développements de profil g et F pour les textures Z et S et les sols sur podzol en formation ou dégradé par les développements f et F pour les autres textures.


Outre la CNSW, deux informations complémentaires ont également été obtenues à partir des aléas d’inondation et de l’identification des contextes sur fortes pentes.

La situation topographique a été obtenue sur base d’un travail réalisé sur le modèle numérique de terrain de la Wallonie (format raster). Les pentes ont été recalculées sur base de l’outil ‘slope’ dans ArcGIS en sélectionnant les pentes en degrés. Une distinction est faite entre les pentes de moins de 15° qui ne seront pas considérées dans ce travail comme contextes écologiques marginaux ou sensibles, puis entre les pentes de 15 à 20° (contexte sensible), 20 à 30° et >30° (contexte marginal). L’outil ‘aspect’ a été utilisé pour fournir l’orientation de la pente en °, en partant de 0° au Nord dans le sens horlogique. Les critères du fichier écologique des essences (https://www.fichierecologique.be/#!/) ont été utilisés pour distinguer le sous-secteur chaud et le sous-secteur froid. Ainsi, les valeurs allant de 125° à 285° sont orientées Sud (sous-secteur chaud) et les valeurs de 0 à 125° et 285° à 360° sont orientées Nord (sous-secteur froid).

Le format raster ne convient pas pour être par la suite associé au format vecteur issu de la carte des sols. Il a donc été nécessaire de transformer le raster en polygones. Pour des raisons de lourdeur de couche et de rendu, plusieurs opérations successives de nettoyage du raster tout d’abord puis des polygones ensuite ont dû être effectuées. Les outils raster ‘majority filter’ et ‘boundary cleaner’ ont été utilisés pour respectivement diminuer l’effet poivre et sel et rendre les limites plus nettes. L’outil ‘raster to polygon’ a été utilisé pour la transformation du raster en polygon. La couche vecteur a ensuite été nettoyée avec les outils ‘smooth polygon’ et ‘eliminate’ après que les superficies des polygones aient été recalculées et que les polygones inférieurs à 500 m² aient été sélectionnés.

Pour les sols non cartographiés ou artificiels, seules les informations présentées au point ci-avant sur l’exposition sont disponibles. Il convient donc de venir enrichir l’information sur base d’autres données. Les aléas d’inondation par débordement de cours d’eau donnent une information sur la localisation supposée des sols alluviaux dans les sols non cartographiés ou artificiels et permettent d’assurer la continuité des polygones en fond de vallées sur la carte finale. Nous avons utilisé la version de 2020 de cette couche dans laquelle nous n’avons sélectionné que les aléas par débordement et par débordement et ruissellement pour produire une carte dont les valeurs sont attribuées sur base de la caractéristique de l’aléa (très faible, faible, moyen ou élevé). Un traitement de dissolution (dissolve) des polygones et de lissage (smooth polygons) a été effectué pour réduire le nombre de polygones de la couche avant de l’unir aux autres couches (la couche issue de la CNSW et la couche issue des fortes pentes).

Un même polygone pouvant appartenir à plusieurs catégories de contextes écologiques, un ordre de priorité permettant de définir la catégorie qui prime au final dans l’identification unique du polygone a été établi :
• si le polygone est classé comme ‘sol tourbeux’, ‘sol paratourbeux’ ou ‘sol à substrat tourbeux’, cette catégorie domine sur les suivantes,
• si le polygone est identifié comme un ‘sol alluvial ou colluvial’ à classe de drainage ‘efg’ ou ‘hi’, cette catégorie domine sur les suivantes,
• si le polygone est identifié comme un sol hydromorphe (à classe de drainage ‘efg’ ou ‘hi’) – et selon la logique de priorité, non alluvial et non colluvial, cette catégorie domine sur les suivantes,
• si le polygone est identifié comme un ‘sol sur podzol’ ou un ‘sol sur podzol en formation ou dégradé’ , cette catégorie domine sur les suivantes,
• si le polygone est identifié comme un sol sur forte pente (20°-30°) et très forte pente (>30°), cette catégorie domine sur les autres,
• si le polygone est identifié sur base des aléas moyens et élevés, cette catégorie prime sur les autres,
• si le polygone est identifié sur base de ses caractéristiques de profondeur (faible profondeur du substrat), cette catégorie domine sur les autres,
• si le polygone est sur substrat sableux (Z) mais n’appartient à aucune des catégories ci-dessus, il est finalement représenté en dernier ordre de priorité.

Tous les traitements ont été effectués via ArcGIS Pro 2.8.0 (Copyright 2021 Esri Inc.). Les fichiers .lyr ont été créés via ArcMap version 10.8 (Copyright 2021 Esri Inc.).

Documents relatifs à la qualité

Document Description Ouvrir
Notice méthodologique Ce document décrit la méthodologie de constitution de la couche des contextes écologiques marginaux et sensibles.
ContextesEcologiquesMarginauxetSensibles_methodo.docx

Tests de conformité

Nom du test État de validation
Notice méthodologique

Vous avez une question sur...

L'accès et la distribution de la donnée ?
Service public de Wallonie (SPW) Contacter
Service public de Wallonie (SPW)
Le contenu de la donnée ?
Helpdesk carto du SPW (SPW - Secrétariat général - SPW Digital - Département de la Géomatique - Direction de l'Intégration des géodonnées) Contacter
Helpdesk carto du SPW (SPW - Secrétariat général - SPW Digital - Département de la Géomatique - Direction de l'Intégration des géodonnées)

Vous souhaitez...

Contacter le gestionnaire de la donnée ?
Direction de l'État environnemental (SPW - Agriculture, Ressources naturelles et Environnement - Département de l'Étude du milieu naturel et agricole - Direction de l'État environnemental) Contacter
Direction de l'État environnemental (SPW - Agriculture, Ressources naturelles et Environnement - Département de l'Étude du milieu naturel et agricole - Direction de l'État environnemental)

Pour toute autre question...

Contactez le Helpdesk du Géoportail de la Wallonie !
Helpdesk du Géoportail de la Wallonie
(SPW - DG03 - DNF)  Contacter 
Helpdesk du Géoportail de la Wallonie